Les prémices de ce premier roman de Caroline Allard laissent présager une histoire des plus rocambolesques. Le tout débute dans un salon de coiffure (Universel coiffure) à Saint-Lin-Laurentides. Deux hommes chauves entrent, tuent le caniche ainsi que Claudine, propriétaire à la fois du salon et du pitou. Et ça sous le regard atterré de Sylvie, coiffeuse depuis deux ans aspirant à mieux que de recréer la même tête à chacune de ses clientes dans un village où les potins vont bon train et où la coiffure «copeau de bois roux avec des mèches» est certainement de mise. 

S'ensuit alors une série d'événements plus invraisemblables les uns que les autres! Sylvie est enlevée par deux extraterrestres aux yeux jaunes, les chauves meurtriers de sa patronne. Ils lui demandent de transmettre un message à la population terrienne : avoir une belle coiffure devrait être un droit humain fondamental! C'est le cas sur Terre Jumelle, planète d'où viennent les deux hommes, une sorte de reproduction de la Terre où nous avons tous un équivalent et sur laquelle Hitler s'appelait Georg  Buch. 

Dans Universel Coiffure, on croise Céline Dion, Jean Barbe, Pénélope McQuade et plusieurs autres personnalités québécoises. Tout ça dans un enchevêtrement de péripéties allant de séances de masturbation lors d'un massage du cuir chevelu à un voyage au Kenya pour exercer la coiffure humanitaire en passant par la création de la Commission Bouchard-Taylor sur les exigences raisonnables en matière de coiffure. 

Si Caroline Allard s'est inspirée d'une théorie de Hilary Putnam (pour Terre jumelle), il est vrai de dire que ce roman est surtout teinté d'humour et d'une imagination débordante. Si vous n'avez pas peur des histoires qui dérapent, de côtoyer l'absurde ainsi que de nombreuses références à notre culture et nos politiques parfois éclatées, plongez dans la lecture d'Universel coiffure. Vous en ressortirez... échevelés!